Introduction à la linguistique de la langue des signes

Signes et gestes

Un certain nombre d’entendants ont l’habitude de s’exprimer avec des gestes – en linguistique, on parle de “gestes co-verbaux” car ils accompagnent, illustrent la parole vocale. Même si quelques signes de langue des signes peuvent ressembler à des gestes d’entendants, il existe deux différences principales :

–  les signes de langue des signes forment un message indépendant. Les gestes co-verbaux accompagnent l’expression orale et ne peuvent former à eux seuls un discours complet sur n’importe quel sujet ;

– les gestes co-verbaux sont souvent ambigus, dépendants du contexte, variables selon les personnes, et ne suivent aucune grammaire particulière.

Ces différences sont dues au fait que les signes de langue des signes ont suivi un processus linguistique propre : les signes ne sont pas formés n’importe comment, mais suivent des règles de type phonologique précises, et ils ne sont pas ordonnés au hasard mais sont soumis à des règles grammaticales strictes.

Le mime peut former à lui seul des discours longs et complexes, mais là encore, il n’existe pas de règles phonologiques ou grammaticales obligatoires : la capacité du mime à exprimer un discours dépend avant tout de l’habileté artistique de celui qui le réalise.

Les langues des signes

Il n’existe pas une langue des signes, mais un grand nombre de langues des signes : on parle de langue des signes française (LSF), american sign language (ASL), british sign language (BSL), etc.

Ces langues des signes ont des vocabulaires différents, liés souvent aux habitudes culturelles du pays où elles sont pratiquées. En langue des signes française par exemple, le terme « maison » est représenté par un toit en pentes – toit traditionnel en France. La forme des toits traditionnels est différente dans d’autres cultures – et les signes correspondants seront donc également différents.

Cependant, les signes sont formés généralement selon des modes identiques. Par exemple, le terme « handicap » est représenté en langue des signes française par une amputation du bras, et en langue des signes espagnole par une amputation de la main. Si ces images sont différentes, le processus de création de ces signes est identique.

D’autre part, la grammaire de ces langues est souvent similaire : la pensée visuelle et l’utilisation de l’espace pour l’expression en langue des signes entraînent des constructions de phrases identiques. Lorsque des sourds de différents pays se rencontrent, ils utilisent des signes internationaux, basés d’une part sur cette grammaire visuelle, et d’autre part sur des signes très iconiques. Par exemple, le signe « Paris » est représenté en langue des signes internationale par la forme de la Tour Eiffel, car il s’agit d’un monument mondialement connu.

La langue des signes n’a pas d’écrit. Des recherches sont menées à ce sujet, notamment à l’Université Paris 8. L’écrit est remplacé par le dessin ou par la vidéo. Internet regorge maintenant de vidéos en langue des signes.

Les sourds-aveugles utilisent ce que l’on appelle la langue des signes tactile, c’est-à-dire la langue des signes réalisée dans les mains de la personne sourde-aveugle, qui peut ainsi comprendre ce qu’on lui signifie.

Dénominations

Vous pouvez trouver de nombreuses appellations concernant la langue des signes :

– « langue des signes française » : appellation officielle en France, souvent réduite en son acronyme : LSF

– « langue des signes » : dénomination la plus utilisée (« française » est sous-entendu)

– « langage des signes » : expression utilisée il y a quelques décennies, lorsque le statut linguistique n’était pas encore éclairci. Cette expression est désormais à proscrire

– « langage des sourds-muets » : expression d’il y a quelques siècles. On ne parle plus de langage, mais de langue, ni de « sourds-muets », mais de sourds

– Yann Cantin, historien sourd, réhabilite le terme de « noétomalalie » (littéralement : « intelligible – sans parole ») pour désigner la langue des signes, mot créé par Henri Gaillard, écrivain sourd du XIXème siècle.

– Pour désigner le vocabulaire de la langue des signes, vous pourrez trouver le terme de « signaire ».

Sourd ou sourd ?

Ecrit avec une minuscule, « sourd » signifie l’ensemble des personnes ayant des difficultés d’audition. Ecrit avec une majuscule, « Sourd » désigne les personnes se revendiquant de la communauté des sourds, pratiquant généralement la langue des signes.

L’identité sourde

De nombreux critères peuvent être revendiqués pour parler d’identité sourde : d’abord la langue des signes, mais aussi l’audition, l’histoire de cette communauté, les habitudes sociales. Cependant, le propre de l’identité sourde est le rapport au monde : la manière d’appréhender l’environnement, de se le représenter mentalement, de développer des processus cognitifs particuliers. Ainsi, un signe de reconnaissance de cette identité est le suivant : deux sourds de pays différents qui se rencontrent pour la première fois trouvent très rapidement une complicité, une connivence, car ils partagent une même perception du monde, une même vision, un vécu commun, une même construction cognitive visuelle.

La culture sourde

C’est l’ensemble des traits distinctifs de la communauté des sourds, à commencer par la langue des signes, mais également l’histoire des sourds, toutes les formes d’art développées par les personnes sourdes (théâtre gestuel, chants-signes, etc.), les modes de vie spécifiques (manières s’interpeller, de communiquer…).

 

Comments are closed.